• Question de point de vue

     

    Lourdement, le soleil se présentait à nous,

    perçant nos rêves d'enfants, tuant nos sommeils,

    dans le matin triste d'une couleur de vermeille,

    annonceur de trépas et de manque de sous

     

    les oiseaux chantent tant qu'ils le peuvent encore.

    pourritures infâmes, déchets que nous sommes,

    piétinant la terre tout en s'appelant homme,

    reprenons notre vie, sous le jour menaçant

     

    Celui qui pense ainsi, ne verras jamais rien

    de ce soleil se dressant fièrement au ciel,

    du gazouillement des oiseaux sur cette terre fidèle,

    de notre belle brise fraîche du matin...

     

    Un matin reste un matin, mais il diffère

    de chaque gens, de leurs gestes, de ce qu'ils ont dit,

    Selon si pour eux, la vie est un paradis,

    ou qu'ils la considère comme le pire des enfers. 

    Kozakura

    1.0 Version »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :